VIOLENCES POLITIQUES AU SENEGAL Le Jël-Jël «audite» l’impunité, demain

Pape Ameth Keïta élu président
Pape Ameth Keïta président Alliance Jël-Jël

Dix ans après la violente agression commise contre Talla Sylla, son ancien leader et fondateur, un acte qui cherche encore commanditaire, l’Alliance Jël-Jël pose un regard inquisiteur sur la question de l’impunité et l’abus de pouvoir au Sénégal. La question est en effet le principal centre d’intérêt du panel qu’organise demain, samedi, la formation politique soucieuse en fin de compte de savoir quelles sont les réformes à envisager pour mieux lutter contre ces fléaux.

« L’impunité et l’abus de pouvoir : quelles réformes pour mieux lutter contre ces fléaux ? », tel est en effet le thème du panel autour duquel l’Alliance Jëf-Jël entend partager avec les acteurs politiques et de la société civile, ce samedi 05 octobre. Entrant dans le cadre de la célébration du 10ème anniversaire de la « tentative d’assassinat » de Talla Sylla, leader de ce parti politique, la rencontre vise à identifier les formes d’impunité imputables à la faiblesse du système judiciaire, à renforcer les acquis et à préconiser des réformes capables de garantir le respect des droits fondamentaux des citoyens, sans aucune forme de discrimination. Deux sous-thèmes seront abordés au cours de la manifestation.

Le premier sous-thème, portant sur  «l’impunité et l’abus de pouvoir au Sénégal », sera suivi de témoignages, tandis que le second portera sur: « Quelles réformes faut-il pour combattre ces fléaux et garantir les droits fondamentaux des citoyens ?».

Pour rappel, Talla Sylla, président-fondateur de l’Alliance Jëf-Jël, a été victime d’une tentative d’assassinat dans la nuit du 5 octobre 2003, à la sortie d’un restaurant du quartier de Mermoz, à Dakar. L’ancien patron de Jël-Jël avait accusé l’entourage de l’ex-président Abdoulaye Wade d’en être responsable.

Malheureusement, signale le parti de Talla,  «en dépit de la gravité des faits et de la diligence dont ont fait montre les gendarmes enquêteurs de la Brigade des recherches qui, au cours de l’enquête préliminaire, parvinrent à identifier formellement les supposés coupables de ce forfait odieux, cette affaire n’a connu aucune avancée ».

Une dizaine d’années après l’agression contre son premier leader, l’Alliance Jël-Jël remet au goût du jour une affaire reconnue comme un cas manifeste d’impunité, en contexte de tension sociale et politique. Ce qui a fait dire au parti de Talla que « Notre pays, au cours de sa récente histoire, a connu des crimes non encore élucidés ou traités dans la plus grande nébulosité».

Qui plus est, souligne l’Alliance Jël-Jël : «Des citoyens ont été menacés, agressés, assassinés ou victimes de tortures et autres actes de violence, en général durant les périodes électorales, alors qu’ils ne faisaient qu’assumer leurs devoirs ou exercer leurs droits et libertés civils et politiques garantis par la loi fondamentale de notre pays».

Parmi ces citoyens victimes de violence physique ayant entraîné mort d’homme, le Jël-Jël cite notamment feus Omar Blondin Diop (11 mai 1973), Me Babacar Sèye (15 mai 1993), Balla Gaye (31 janvier 2001), Malick Bâ (30 mai 2011), Mamadou Diop (31 janvier 2012). Des citoyens dont les « meurtres demeurent gravés dans la mémoire collective des Sénégalais », note les membres du parti.

M DIENG & Aps

Moctar DIENG

In the Spotlight

L’Afrique, Cette Poubelle À Ciel Ouvert

by bishba in CONTRIBUTION 0

Le mois de Ramadan est le moment idéal pour les vendeurs de poison d’écouler leur stock. Vendredi dernier, le service départemental du commerce de Pikine a annoncé avoir retiré du marché près de 14 tonnes [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*