Visite de barack obama les usa prennent le contrôle du sénégal.

VISITE DE BARACK OBAMA

Les Usa prennent le contrôle du Sénégalamerican st kharagn quoi

La visite du Président Barack Obama continue de livrer les secrets d’un dispositif sécuritaire qui a fini d’étonner plus d’un compatriote. Outre le «nettoyage» en grande pompe dans la commune de Gorée, l’interdiction de stationner le long de la Corniche Ouest, l’Aéroport Léopold Sédar Senghor et ses alentours revêtent un autre visage. Fait insolite. Des tireurs d’élite, apprend-on, seront postés sur tous les toits qui surplombent l’Aéroport. Ce n’est pas tout. Ces mêmes tireurs seront postés sur la tour de contrôle.

A l’Hôtel des Almadies qui jouxte l’ambassade des Etats-Unis au Sénégal, il n’y a presque plus place pour touristes ou autres visiteurs. Une cinquantaine de chambres déjà réservée par les services de l’ambassade des Etats-Unis. A Magic land sur la Corniche Ouest, les tentes qui faisaient office de cabanes ont tout simplement été enlevées, samedi dernier. Les chauffeurs de taxi sont interdits de stationner sur les lieux ou même de prendre des clients aux alentours. Somme toute, la capitale sénégalaise est littéralement déréglée au rythme de la visite du chef de l’Etat le plus puissant.

 

 

 

AEROPORT INTERNATIONAL LEOPOLD SEDAR SENGHOR

«Des tireurs d’élite seront postés sur tous les toits qui surplombent l’aéroport»

C’est une après-midi d’un jour ordinaire. Une foule fébrile défile à l’accueil du hall de l’aéroport Lss. L’endroit est rythmé par les va-et-vient des voyageurs et des accompagnants, qui, pour les derniers réglages avant de prendre les airs, qui pour faire ses au revoir. Ici, point de dispositif sécuritaire particulier. Hormis les habituels gendarmes et policiers qui font la ronde, rien ne laisse présager que le Sénégal va accueillir demain l’homme le plus puissant du monde. Des hommes, dossards vert fluo sur les épaules, veillent aux entrées et sorties. «Ils sont chargés de la sécurité de l’accueil et du hall d’embarquement de l’aéroport.

Ce n’est pas pour la visite du Président américain, Barack Obama qu’ils sont là. Depuis la nomination du nouveau directeur, ils sont préposés au contrôle de tout mouvement dans l’aéroport. «Je ne sais même pas comment vous avez fait pour parvenir jusqu’ici. En général, ils ne laissent passer personne, sauf si vous êtes un accompagnant ou un voyageur», informe Moustapha Yade, commerçant à la galerie marchande de l’aéroport. Dès le parking, des vendeurs de cartes de recharge hèlent les visiteurs. D’autres, plus véloces, proposent des services de change de devises. Sur le promontoire qui mène aux agences de voyage, un bonhomme filiforme charge une carte téléphonique, le sourire en coin. Aux aguets, il effectue un rapide tour d’horizon des lieux à la recherche d’un visage connu. L’homme qui n’a pas voulu décliner son identité, en connaît un bout sur le dispositif sécuritaire qui sera mis en place pour la visite du Président Obama.

«Vous voyez cette tour de contrôle, il y aura des tireurs d’élite qui seront postés dessus. Il en sera de même pour le toit de l’aéroport et tous les bâtiments qui surplombent l’aéroport. Il y aura des tireurs d’élite sur tous ces sommets. Mais allez à la Haute autorité de l’aéroport, ils vous fourniront tous les éléments dont vous avez besoin», souffle-t-il sur le ton de la confidence, donnant l’air de ne pas en savoir davantage. Sur la route qui mène à la Haute autorité de l’aéroport, des drapeaux sénégalais et américains flottent. Sur une affiche placardée aux garde-fous, avec des photos des deux Présidents, Macky Sall et Barack Obama, on peut lire : «Welcome to Senegal. The Teranga’s country. Hurrah for Obama. Hurrah for Macky Sall. The democracy’s men. Hurrah for the peace.»

A la Haute sécurité de l’aéroport, nichée sur l’aile gauche du salon d’honneur, c’est silence radio ! Impossible de tirer un mot aux employés. «Nous sommes tenus par le secret professionnel et nous ne pouvons vous fournir aucune information sur le dispositif sécuritaire prévu pour la visite d’Obama. A notre niveau, nous ne savons même pas quel dispositif sécuritaire il y aura», lâche un homme trouvé sur les lieux, clope coincée entre les lèvres. Pour l’heure, côté dispositif sécuritaire à l’aéroport, c’est motus et bouche cousue.

 

«La visite d’Obama n’a aucune incidence sur nos recettes journalières»

Du côté des vendeurs, l’ambiance est presque similaire. Dès l’entrée de la galerie commerciale, Atoumane Seck, un marchand d’œuvres d’art, apostrophe le visiteur, espérant mettre la main sur un probable client. L’identité du visiteur déclinée, le commerçant change de disque, la voix pleine d’espoir quant à la prochaine visite d’Obama. «Nous avons hâte d’accueillir le Président américain et nous espérons que nos recettes vont monter en flèche. Nous sommes heureux de recevoir la visite d’une telle personnalité au Sénégal.

Contrairement aux complaintes dont nous avons eu écho venant des insulaires de Gorée, nous, nous ne nous plaignons vraiment pas et ne sommes nullement inquiétés ou indisposés par les forces de l’ordre», sourit-il, plein d’aplomb. Mme Mbaye, commerçante dans cette galerie depuis bientôt 15 ans, ne nourrit aucune appréhension quant à la prochaine visite du Président américain. Juché sur un tabouret derrière son comptoir inondé de friandises et de confiseries, la jeune dame, teint clair, enveloppée dans un léger voile aux motifs noir et blanc, confie dans une voix qui trahit une apparente lassitude : «Je n’ai pas remarqué de changement notoire ici depuis l’annonce de la visite d’Obama.

Nous menons nos activités normalement et la visite n’influe en rien sur nos recettes journalières. Ici, les affaires marchent au compte-gouttes» Quid des possibles désagréments ou réaménagements liés à la visite ? Mme Mbaye opte pour l’optimisme. «Je ne pense pas que la visite d’Obama causera une quelconque perturbation pour nous autres vendeurs. Nous sommes en retrait de la zone de débarquement et jusqu’au moment où je vous parle, nous n’avons pas reçu de consignes pour baisser rideaux ce jour-là.»

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*