Visite du président Sall à l’école de formation des élites africaines : Le Président Sall reçu à l’Académie d’Outre-mer par le Président Diouf

Après les Présidents Senghor et Diouf, le Président Sall intègre l’Académie des sciences d’Outre-mer. Il a été accueilli hier lors de sa visite à l’institution parisienne par le Président Diouf.

Le Président Macky Sall a été admis hier à l’Académie des sciences d’Outre-mer. Le Chef de l’Etat, qui est arrivé sur les lieux vers 16 heures, était accompagné de quelques membres du gouvernement, dont le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ, le ministre de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane etc.

Accueilli par l’ancien président de la République, Abdou Diouf, la visite du Président Sall à cette institution qui a formé beaucoup de cadres et hommes d’Etat africains, a été également rehaussée par la présence du président de la République française, François Hollande.

Et l’anniversaire de la mort de l’ancien Président poète, Léopold Sédar Senghor (20 décembre 2001) a été à nouveau commémoré, avec l’observation d’une minute de silence. Fondée en 1922, l’Académie d’Outre-mer avait pour but d’étudier les questions spécifiques aux colonies, sous le nom d’«Académie des sciences coloniales».

La séance solennelle d’ouverture s’est déroulée à la Sorbonne le 18 mai 1923, sous la présidence d’Albert Sarraut, ministre des Colonies et en présence de son président fondateur, Albert Lebrun, ancien ministre et de son premier secrétaire perpétuel, Paul Bourdarie, qui lance à cette occasion les quatre verbes :

«savoir, comprendre, respecter, aimer», qui deviendront la devise de l’Académie. Le 7 juin 1957, elle prend le nom d’Académie des sciences d’Outre-mer. C’est l’ancien ministre français de la Coopération, Jacques Godfrain, qui a présenté le Président Macky Sall à l’assistance. Pour l’ancien ministre français, le parcours politique du chef de l’Etat sénégalais a façonné sa manière de gérer les affaires de l’Etat sénégalais.

Et les qualités de l’hôte de l’Académie des sciences d’Outre-mer : «la pugnacité, la résistance et la ténacité, la droiture, l’honnêteté et le désir de transparence», ont été soulignées. «Votre présence ici est légitime et symbolise le destin partagé entre nos deux peuples», a déclaré Jacques Godfrain à l’endroit du Président sénégalais.

La démocratie sénégalaise, avec les deux alternances réussies, a été citée à titre d’exemple par l’ancien ministre français. Avant de souligner la tolérance entre les différentes composantes de la société sénégalaise, riche de ses croyances, avec la diversité de ses paysages.

Et la coïncidence entre la naissance de Macky Sall et le jour de la nomination du Président Abdou Diouf comme gouverneur de la région du Sine-Saloum par Senghor, a été rappelée. Ce qui est certainement à l’origine des bonnes relations entre les deux chefs d’Etat.

Prenant la parole, le chef de l’Etat est revenu sur l’humanisme sénégalais, sa tradition de tolérance, la place de l’Afrique dans le monde et l’importance de la paix pour la stabilité des nations. Le chef de l’Etat, qui a réussi à signer sept accords de financement avec la France, a souligné sa volonté de faire du Sénégal un pays émergent à travers le Pse.

Notamment avec le Train express régional (Ter), qui sera fonctionnel en 2019, ainsi que les grands projets de développement comme la nouvelle ville de Diamniadio et ses infrastructures, dont l’Université Amadou Makhtar Mbow.

«Pour un monde de fraternité humaine, il faut savoir respecter et aimer», a déclaré le Président Sall, qui a été fait Docteur honoris causa par le Conservatoire français des arts et métiers. D’ailleurs, avant de se rendre à l’Académie des sciences d’outre-mer, le Président Sall a eu un tête-à-tête avec le Premier ministre français Bernard Cazeneuve.

MAMADOU SECK (PARIS)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*