Vol en réunion avec violence ayant entraîné la mort : Ismaïla Guèye et Mor Sall condamnés à perpétuité

Tribunal Cour d’assises Palais de justice de DakarLes accusés Ismaïla Guèye et Mor Sall vont garder la prison pour toute leur vie. Ils ont été condamnés hier à perpétuité par la Cour d’assises. Ils comparaissaient pour vol en réunion commis la nuit avec violence ayant entraîné la mort, détention et trafic de drogue.

Pour une modique somme de 12500 francs et un téléphone portable d’une moindre valeur, la vie de Youssou Bakayoko a été ôtée. Mais les mis en cause, inculpés  de vol en réunion commis la nuit avec violence et ayant entraîné la mort, détention et trafic de chanvre indien, le paient aujourd’hui très cher.

La Cour d’assises n’est pas allée du dos de la cuillère pour sanctionner les coupables de ce crime odieux. Ismaïla Guèye et Mor Sall alias Cheikh Fall, vont garder la prison pour toute leur vie.

Ces deux jeunes nés respectivement en 1985 et 1981 ont être condamnés à perpétuité.  Leur coaccusé Alassane Diallo a eu plus de baraka. Acquitté du délit de vol en réunion commis la nuit ayant entraîné la mort, il a été déclaré coupable de celui de détention de chanvre indien et condamné à 6 ans ferme, une peine qu’il a fini de purger.

Les faits se sont produits dans la nuit du 7 octobre 2007. Le groupement des Sapeurs pompiers a été informé de la découverte d’un individu  grièvement blessé par une arme blanche et qu’il a été évacué à l’hôpital Youssou Mbargane de Rufisque. La victime a été identifiée au nom de Youssou Bakayoko par les enquêteurs. Il portait deux plaies  ouvertes au niveau du cou et du thorax.

Selon le certificat de genre de mort, établi par le Docteur Ababacar Diop de l’hôpital de Pikine, il portait une plaie profonde de la carotide gauche et une autre plaie  de la face postérieure de hémothorax droit  avec hemo pneumo. Il serait décédé des suites d’une hémorragie interne et externe à un traumatisme par arme blanche.

Le nommé Mohamed Sow qui était en compagnie de la victime avait expliqué aux enquêteurs qu’il était sorti avec son ami et qu’à leur arrivée a hauteur du bar chez Henri, un groupe de 5 personnes tous armés de couteaux les ont attaqués  en proférant à leur endroit des insultes.  Ils ont ainsi interpellé Bakayoko qu’ils ont fouillé et dépouillé de son argent et de son téléphone portable.

La victime tentait à poursuivre les agresseurs.  Au même moment, le Sieur Sow dit avoir ramassé un caillou  avec lequel il a assené un coup à l’un des assaillants. Et au moment où celui-ci s’est relevé, il a donné un coup de couteau à Bakayoko au cou.

Ce dernier qui était mal en point,  reçoit encore un autre coup de couteau sur le flanc donné par un autre agresseur. Un autre lui a aussi jeté un caillou à la tête comme pour l’achever dit-il.

C’est ce témoin qui a fait la description des agresseurs à la police.  Mais le nommé Aliou Diallo qui habite Rufisque s’était présenté à la police pour leur signaler qu’au cours d’une conversation,  au bar Macoumba, il avait entendu du nommé Liza et d’autres personnes dire que l’agression suivie de meurtre de Bakayoko a été perpétrée par le groupe  composé de Ismaïla Guèye, Cheikh Fall, Ousmane Diop et Alassane Diallo.

C’est suite à ses informations que les policiers ont arrêté les accusés à l’exception de Ousmane Diallo qui est resté introuvable.  Devant le juge, les accusés ont nié les faits. Le nommé Ismaïla Guèye soutient qu’il n’a pas participé à l’agression. Il prétend qu’il était venu voler au secours de la victime.

Alassane Diallo dit quant à lui qu’il n’était même pas ce soir au bar chez Henri. Il dit qu’il était chez un ami veilleur de nuit en train de faire du thé. A en croire Mor Sall, il a entendu du bruit, et quand il est sorti, on lui a assené dit-il un coup de pierre. Il dit rester inconscient pendant plus de dix minutes. L’avocat de Ismaïla Guèye a plaidé l’acquittement. Selon la robe noire, il y a un goût d’inachevé dans ce dossier.

Me Fodé Ndiaye estime qu’il devrait avoir une confrontation des accusés avec les témoins. L’avocat croit dur comme fer que son client n’a pas participé à la commission de ce crime.

Mes Iba Mar Diop et Diène Ndiaye  qui défendaient les intérêts de Mor Sall ont aussi abondé dans le même sens en soulignant qu’il n’y avait pas de confrontation. En demandant d’écarter les témoignages, ils ont aussi plaidé l’acquittement.  Me Thiakane a plaidé aussi l’acquittement de Alassane Diallo qui selon lui, n’était même pas au bar le jour des faits.

 Justin GOMIS

justin@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*