Vrais chiffres du chômage en décembre 2017: 7 800 chômeurs de plus, malgré 311 500 radiations

6 614 400 privés d’emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 4 800 000 environ d’invisibles qui n’entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

Total : toujours + de 11 MILLIONS de chômeurs en France (fourchette basse), et autant de pauvres largement sous les seuils de pauvreté.

Bilan année 2017 : 52 500 chômeurs de + soit une moyenne de + 4 375 par mois.

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, moyenne mensuelle (basée sur 1 trimestre) de Novembre 2017 :

–  Défauts d’Actualisation (bugs informatiques + oublis + des découragés non indémnisés) : 218 700, 41,5 % des sorties des listes. (+ 1,5 % sur 1 an)

– Radiations Administratives (les punis) : 46 800, 8,9 % des sorties. (- 9,3 % sur 1 an)

– Autres Cas (morts, suicidés, emprisonnés, expulsés etc) : 46 600 et 8,8 % des sorties. (-10,9 % sur 1 an)

soit 319 100 radiés des listes (59,2

% des sorties) ce mois (moyenne mensuelle sur 1 trimestre) pour autres motifs que :

–  Stages parking : 62 200, 11,8 % des sorties. (-29,6 % sur 1 an)

– Arrêts maladie, maternité, départs en retraite : 46 000, 8,7 % des sorties. (+ 17 % sur un an)

–  Reprises d’emploi déclarées : 107 300, ne représentent que 20,3 % des sorties des listesde pôle emploi. ( + 2,4 % sur 1 an )

Demandeurs d’emploi par catégories :

A : 3 451 400 -0,1 % ( -0,5 % sur 1 an ).

B : 746 700 -1,1 % ( + 4 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.

C : 1 414 200 + 0,9 % ( + 10,6 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.

D : 277 400 +3,4 % ( -18,3 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 388 300 -0,6 % ( -8 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 6 278 000 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 0,8 % sur 1 an, 7 800 chômeurs de plus, par rapport à novembre.

TOTAL, dom-tom compris : 6 614 400

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : – 1,4 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 4,1 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 4,8 % sur 1 an.

1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (50,05 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l’emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :

Ne sont pas comptés dans ces 6 614 400 demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres occasionnels :

1 000 000 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 1 820 000 environ de foyers (dernier chiffre connu), seuls 820 000 environs sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d’autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu’un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d’un demandeur d’emploi en son sein, donc si on parle en nombre d’individus c’est pire.

1 200 000 de foyers bénéficiaires de la prime d’activité (qui remplace le RSA activité qui sont donc sortis des statistiques RSA) environ, sur les 2,5 millions au total (dernier chiffre connu) de bénéficiaires (160€ en moyenne par foyer) , sont en recherche d’emploi stable et non précaire.

+ encore 1 100 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l’AAH ou d’une pension d’invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d’accès à un emploi adapté.

+ encore 1 500 000 de SANS-DROITS, qui sont principalement :

–  des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d’emploi, qui comme vous le savez n’ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe), favorisant délits, crimes, trafics, prostitution, esclavagisme moderne, radicalisations etc.

– des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 700€ d’allocation chomage, ou 810,89€ d’allocation adulte handicapé, vous n’aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 687€ par mois, si vous êtes NON SDF.

– des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 473,50€ pour une personne seule ), et qui n’ont pas l’âge pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 65 ans ) qui s’appelle aujourd’hui “A-S-P-A” (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.

– des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

– des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d’emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits).

– des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d’emploi en parallèle.

– on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 11 MILLIONS de demandeurs d’emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.

Sources : Rapport complet de la DARES de 13 pages : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/di-mensuel_fdimbpt.pdf

Rendez-vous le mercredi 28 février 2018, pour avoir les vrais chiffres du chômage de janvier 2018, si le document est accessible, puisque le gouvernement ne souhaite communiquer médiatiquement que tous les trimestres.

 

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*