YouTube interdit à 28 pays de regarder une vidéo exposant la violence d’Israël contre les manifestants

YouTube a empêché 28 pays [dont la France – NdT] de regarder une vidéo de deux journalistes qui dénoncent l’occupation israélienne. La présentatrice d’Empire Files Abby Martin a interviewé l’auteur Max Blumenthal, qui a également critiqué la violence des militaires israéliens contre les manifestants palestiniens. L’émission a été diffusée sur le réseau latino-américain teleSUR English.

Interdit

YouTube, propriété de Google, affirme que la plate-forme Internet a interdit la vidéo dans 28 pays parce qu’elle viole les « lois locales ». La plupart des pays où YouTube a bloqué l’accès à la vidéo sont européens. Ailleurs, YouTube a ajouté un avertissement à la vidéo et bloqué toutes les fonctions interactives :

En réponse à des signalements par des utilisateurs, nous avons désactivé certaines fonctions, comme les commentaires, le partage et les vidéos suggérées, parce que cette vidéo contient un contenu qui peut être inapproprié ou offensant pour certains publics.

« Il n’y avait absolument rien d’illicite »

Mais Blumenthal, auteur de The 51 Day War : Ruin and Resistance in Gaza, a déclaré :

YouTube a affirmé qu’il a supprimé mon interview sur Israël-Palestine avec Abby Martin pour se conformer aux lois de 28 pays. Cependant, dans tout ce que j’ai fait ou dit au cours de la discussion il n’y avait absolument rien d’illicite, même dans les pays qui ont les lois les plus strictes en matière de crimes de haine. Mes commentaires étaient entièrement fondés sur ma grande expérience de journaliste dans la région et mon analyse était de nature clinique. À aucun moment, je n’ai dénigré quelqu’un en raison de sa foi ou de son origine ethnique.

Le journaliste a déclaré que ses motivations étaient « une forte opposition à la discrimination systémique d’Israël à l’encontre des Palestiniens » et « l’attachement à l’égalité des droits pour tous ».

Faire la lumière sur les actes récents de l’armée israélienne

La vidéo d’Empire Files, téléchargée en novembre 2015, attire l’attention sur la politique d’Israël concernant les manifestations palestiniennes.

Le 30 mars 2018, les forces armées israéliennes ont tiré sur des Palestiniens manifestant à Gaza. Au moins 17 personnes sont mortes et des centaines d’autres ont été blessées.

Dans la vidéo interdite, Blumenthal parle à l’animatrice Abby Martin au sujet d’une présumée politique de « tirer pour estropier » :

Les soldats réprimaient les manifestations en tirant dans les jambes.

Il semble qu’Israël continue d’agir de la sorte en 2018. Après la fusillade du 30 mars, l’armée israélienne a envoyé un tweet :

tout était précis et mesuré, et nous savons où chaque balle a atterri.

Le tweet a disparu depuis.

Israël a déclaré que tuer et estropier les manifestants palestiniens le 31 mars était  » précis et mesuré, nous savons où chaque balle a atterri « . Maintenant, YouTube a interdit une vidéo @EmpireFiles qui met en lumière la politique présumée d’Israël de  » tirer pour estropier  » contre les manifestants palestiniens : pic.twitter.com/AGi8rvsi4i

James Wright (@wrightismight) 6 avril 2018

Dans la vidéo, Blumenthal dit aussi qu’Israël a utilisé :

des balles ’dum dum’, qui sont des balles explosives. Elles éclatent dans tous les sens à l’intérieur de votre corps et vous estropient pour la vie.

Lorsqu’il a été interpellé par Vice en 2013, un porte-parole de l’armée israélienne n’a pas nié l’utilisation de telles balles, qui sont interdites en vertu de la Déclaration de La Haye.

Une décision politique

Maintenant, YouTube a censuré la vidéo. Blumenthal a qualifié la décision de YouTube de « politique » et « probablement prise sous la pression de puissants intérêts pro-israéliens ». Depuis l’année dernière, la Ligue pro-Israël contre la diffamation est un membre actif du programme Trusted Flagger de YouTube. La Ligue contre la diffamation associe l’opposition à la violence israélienne à  » l’opposition au droit d’Israël à exister « . Blumenthal croit que la Anti-Defamation League est probablement à l’origine de la censure de son entrevue avec Martin.

Il a ajouté :

La tendance à censurer tout ce qui présente Israël sous un jour moins favorable n’a fait que s’intensifier au fur et à mesure que les attaques de l’establishment contre les voix critiques se multiplient. Ce dernier épisode confirme mon point de vue selon lequel le lobby pro-israélien et ses complices volontaires dans la Silicon Valley représentent l’une des plus grandes menaces à la liberté d’expression en Occident.

En plus de YouTube, Facebook a bloqué de nombreux comptes de militants palestiniens. Les responsables israéliens ont loué la bonne volonté de Facebook quand Israël exige la censure, affirmant que Facebook a répondu favorablement à 95% des demandes en quatre mois.

The Canary a sollicité des commentaires à Google, mais n’en avait reçu aucun au moment de la publication.

James WRIGHT

Traduction « après avoir constaté de visu la violation par Youtube de mon droit à l’information » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles


VIDEO SUR TELESUR (parce qu’il n’y a pas que Youtube dans la vie) – en anglais :

MISE A JOUR vidéo (à nouveau ?) disponible sur la chaine de TeleSur

https://www.thecanary.co/global/world-news/2018/04/06/youtube-bans-28-…

source:https://www.legrandsoir.info/youtube-interdit-a-28-pays-de-regarder-une-video-exposant-la-violence-d-israel-contre-les-manifestants-the-canary.html

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*