Zimbabwe: La Première dame confirme son ambition présidentielle

La Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, lors d’un meeting à Chinhoyi, le 2 octobre 2014|Reuters
La Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, lors d’un meeting à Chinhoyi, le 2 octobre 2014|Reuters
La Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, lors d’un meeting à Chinhoyi, le 2 octobre 2014|Reuters

La Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, a annoncé jeudi son ambition de se présenter à l’élection présidentielle pour succéder à son époux à la tête du pays, a rapporté l’Agence de presse africaine (APA).

Grace Mugabe s’exprimait jeudi à Mazowe, une ville située à 40 km de Harare la capitale. Elle a déclaré : «Les gens disent que je veux être présidente, pourquoi pas? Ne suis-je pas une Zimbabwéenne? » . Selon APA, elle a expliqué aux anciens combattants de la guerre de libération du Zimbabwe qu’elle était prête à succéder au président Mugabe si ce dernier, actuellement âgé de 90 ans, quittait le pouvoir avant la fin de son mandat prévue en 2018.

Dans une attaque au vitriol contre sa rivale la plus acharnée, la vice-présidente Joice Mujuru, Grace Mugabe, actuellement âgée de 49 ans, a exigé le départ du gouvernement de Mujuru qu’elle accuse de ne pas disposer des compétences requises pour diriger le pays. «Mujuru ne fait pas partie des personnes capables de diriger ce pays. Elle ne ferait que ramener le Zimbabwe à ce qu’il était avant l’indépendance », a déclaré Mme Mugabe à l’APA.

Mujuru est considérée comme la menace la plus sérieuse contre Mme Grace Mugabe pour la présidence, du fait de sa farouche opposition à la nomination en début d’année de la Première dame à la tête de la Ligue des femmes de la Zanu-PF, le parti au pouvoir.

L’annonce faite par Grace Mugabe survient sur fond de supputations autour de l’état de santé du président Mugabe qui, selon certains analystes, pourrait ne pas terminer son mandat à la tête du pays.

Mugabe qui est arrivé au pouvoir après l’accession du Zimbabwe à l’indépendance en 1980, a fait ces dernières années plusieurs voyages à l’étranger pour y subir des traitements médicaux.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*