La République de servitude : Macky Sall, l’ethniciste, terroriste ou le Farba de la françafrique. Par Ahmadou Diop

François Hollande et Macky SallOù va donc le Sénégal des incertitudes avec des élites de pacotilles plombent son développement et son avenir ?

Tenez-vous bien ! La République des guignols corpratistes, des incivilités, humidifiées, ethniques, terroristes, des parjures, à couper le souffle, inverse ridiculement les rôles, à la seule fin de se dépatouiller de ses engagements et promesses électorales qu’elle a laissés sciemment aux vestiraires. Le ridicule ne tue plus.

La république inquisitoire dite « Big Brother », chronique des conjectures et des invectives sévit, accuse hystériquement à tort des citoyens libres, présumés coupables d’avance de violences terroristes sans que celle- ci ne soit pas en mesure d étayer les preuves matérielles contre les accusés . C’est un crime ignoble imprescriptible que d’accuser des innocents.

Ce régime anxiogène, criminogène, abonné aux procès présagés judiciaires des soubassements politiques, est plus coupable que ceux qui sont réduits au silence dans les goulags du premier voleur plus riche que les présidents de la république des nations développées.

Tout d’abord, qu’on le veuille ou non, le Sénégal n’est jamais tombé aussi bas que sous le magistère calamiteux d’un nègre de service, suppôt de naissance.

Nous n’avons pas de leaderships patriotiques, mais de pitoyables félons, des garnements serviles, tous soumis pour la cause coloniale, notamment celui qui est au plus haut sommet de l’état sénégalais.

Depuis le regettable soir du mars 2012, l’état policier, inquisitoire, bande ses muscles, le tout répressif sévit, foule du pied les libertés fondamentales, indivieulles. Un tel foutoir, étouffant, mérite son effrondrement par la fascisation des esprists. Tous les acteurs politiques sont systèmatiquement sur écoutes téléphoniques permanentes et sous le collimateur du cyclone fasciste du matin au soir.

« Le Big Brother » vous surveille, vous suit partout, sans répit. Macky Sall, arriviste, servile « MBEW TAKHRIP », le menteur, traitre, inégalé, inégalable, incorrigible de son espèce, est pire qu’Abdoulaye Wade.

Rien n’y fait. Qu’il s’agisse donc de la religion ou de la gestion transparente des affaires de la cité, encore moins de la liberté d’expression, tout passe au peigne fin, pour interdire tout et n’importe quoi pour n’importe quel motif bidon.

Par définition, tout régime fasciste, qui tue la liberté de culte religieux, est synonyme de menace à l’ordre public. En fait, le terrorisme d’état devient une religion, sème la terreur pour se maintenir au pouvoir. Désormais, toute capacité de resistance pour garder son indépendance, sa liberté, sa religion, est source de terrorisme ou déstabilisation.

« Le Mussolini sénégalais », Macky Sall, l’envoyé spécial colonial marche au pas de ses parrains.
Les mots manquent pour qualifier les coups tordus d’un .règime accidentogène, accidentel, où les opérations coups de poings tout azimut régentent les symboles de la tartufferie interdisent tout et n’importe quoi et à n’importe quel prétexte bidon.

Les faits parlent d’eux-mêmes. Sous le magistère précédent, les citoyens manifestaient spontanément, librement dans la rue, ni retenue aucune. Et la presse qui se déchaînait, hier, en mettait toujours une couche épaisse, en exagérant même.

Aujourd’hui, cette même profusion change son fusil, se tue comme une carpe, à moins de tresser les éloges complaisants pour l’honneur d’un tyran. Mais, maintenant, dans la république des tontons macoutes, la soldatesque de service cueille n’importe qui à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit.

Place, maintenant à l’inquisition et aux rafles permanentes, pour interdire tout ! La liberté d’expression devient nécessairement un délit.

Tout opposant réel ou supposé même est suspecté d’avance, s’il n’est pas arrêté au mépris des règles élémentaires de la démocratie.

En 2012, le peuple souverain, indépendant libre, en a décidé autrement, en élisant un absolutiste encagoulé. Place maintenant au prix fort à payer ! La graine avariée ne peut produire le contraire. On ne récolte ce que l’on sème.

Le travail ne se décrète pas, mais il se vit dans la compétence et l’action sur le terrain, non par des incantations stériles pour se décharger des promesses électorales jamais tenues. L’homme parle plus qu’il ne travaille, en réalité.

Macky Sall suit et applique sysmatiquement, historiquement la charte et la voix totalitaire de l’expansionnnisme suprémaciste. Tout sout soufisme pacifique sert de terrorisme.

En verité, désormais, dans ce pays, tout bon musulmant est présumé terroriste. Macky, le terroriste ethniciste est le plus effroyable de toute l’histoire du sénégal, trouble lui-même l’ordre public, inverse les rôles et offense tout le peuple. C’est le propre de tout despote honni, nègre de service, agit en toute impunité, selon sa pulsion névrotique, pathologique.

En effet, d’une part, nos analyses politiques minutieusement étudiées laissent apparaître la classe politique singulière, étrange, atypique, sénégalaise, de classe exceptionnelle, scotchée à l’attelage à la machine toxique d’un chef de clan ethniciste, reprensentée par la personne ,de Macky Sall, la taupe, le ,pion invétéré, irrécupérable, du piano impérialiste international, outrageant, s’accorde toute en toute impunité, ne se dispute entre elle-même qu’au moment du partage des postes de nominations, mais à contrario , lorsqu’il s’agit de proposer une meilleure répartition plus équitlable des ressources entre les citoyens, pour l’instauration d’une justice sociale, transparente, dans toute sa composante, et dans laquelle toutes individualités naissent libres et égales devant la loi en droit comme en devoirs, dans un état de droit et à l’épreuve des faits tangibles, ; surtout , la brulante question de la défense supérieure des intétérêts vitaux, légitimes, nationaux, incessibles inaliénables du peuple, mais curieusement et aussi extraordinaire que cela puisse paraître, la trahision par entente et par télépathie, fait consensus et sans bruits.

D’autre part, nous n’avons jamais vu à l’Assemblée Nationale du Sénégal, où les prétendus députés du peuple par le peuple et pour le peuple, puissent, se transformer en pugilat ou à couteaux tirés , notamment sur la prééminence et la prégnance insoutenable du statut d’immunité du chef de l’état, qui est , en réalité, une impunité et une véritable offense contre le,peuple qui l’a élu, alors que les électeurs majoritaires méconnaissent les mécanismes des enjeux politiques, intrinsèques .

Voilà donc les visages hideux de nos soi-disant honorables représentants. ! En vérité, pour dire les choses telles qu’elles sont et non point que certains en veuillent qu’elles soient, n’ont rien de tel. C’est le moins que l’on puisse dire. Ils agissent toujours dans le sens contraire, c’est-à-dire, pour leurs intérêts ridiculement crypto-personnels, mal placés

Le sénégal des inégalités sociales, criardes, s’aggrave de plus en plus, telle une peau de chagrin par le manque d’intuition politique de la part d’une certaine élite, transmuée à la tartufferie nauséabonde. Laquelle démontre son incurie face au marasme social. En verité, la symbolique maçonnique, traitresse jusqu’à l’os.

Par Ahmadou Diop CPC

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*